Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog de Florian Brunner

Un blog engagé où tout le monde pourra s’exprimer à sa manière sur Colmar, sa région et plus largement sur l'Europe et l'état du monde.

TRIBUNE: Exemplarité et pragmatisme pour un Conseil d'Alsace Unique

Publié le 17 Février 2012 par Florian Brunner

 

 

 

Jeunes de tous bords politiques, engagés dans la vie de notre département, nous nous réunissons aujourd'hui pour une même cause, celle du Conseil d'Alsace. Par-delà nos appartenances respectives, nous souhaitons affirmer notre attachement à l'Alsace et au projet de collectivité unique. À la veille de l'élection présidentielle, nous souhaitons dépasser les clivages traditionnels pour nous rassembler autour d'une idée ancienne mais tellement moderne qui mérite d'être mise en œuvre dans une période où le monde évolue de plus en plus vite.

 

Nous sommes convaincus que l'avenir de l'Alsace, terre de toutes les initiatives et de toutes les expérimentations, passe par la capacité à réunir toutes les forces vives de notre région, plutôt qu'à toujours mettre en avant ce qui nous divise ou la défense d'intérêts particuliers.

 

L'identité alsacienne est forte et profondément ancrée en nous ; c'est le moment de l'exprimer ! L'Alsace est à un tournant. Elle doit savoir bien le négocier. Nous pensons que la création du Conseil d'Alsace est un atout majeur pour notre Région.

 

Le Conseil d'Alsace qu'est-ce que c'est ? C'est la fusion en une collectivité unique de la Région, du Conseil Général du Haut-Rhin et du Conseil Général du Bas-Rhin. Quel Conseil d'Alsace défendons-nous ? Celui qui donnera aux citoyens un interlocuteur unique, permettra de mutualiser les moyens administratifs, humains et financiers.  Celui qui améliorera la vie démocratique des citoyens et favorisera une gestion harmonieuse de l'espace régional. Celui qui donnera plus de poids politique à notre région au niveau national comme au niveau européen.

 

Conscient de l'attachement des Alsaciennes et Alsaciens à la notion de proximité et de diversité, nous sommes persuadés que le Conseil d'Alsace répondra à ces exigences. Nous y veillerons en tout cas. Nous reprenons bien volontiers ce crédo : penser global, agir local !

 

Le 1er décembre, les élus des trois assemblées de la région (Conseil Général du Haut-Rhin, Conseil Général du Bas-Rhin, Conseil Régional) ont majoritairement soutenu une résolution proposant la création du Conseil d'Alsace.

 

Le Conseil Général du Bas-Rhin et le Conseil Régional d'Alsace viennent de voter une délibération commune. Demain, il appartient au Conseil Général du Haut-Rhin de voter la même délibération, conformément à la loi du 16 décembre 2010, pour donner la possibilité aux Alsaciens d'être enfin consultés sur ce projet par référendum.

 

Alors que la situation économique de l'Alsace, et du Haut-Rhin en particulier, ne fait que se dégrader, il s'agit véritablement d'enclencher une dynamique alsacienne, d'écrire une partition commune, où personne ne la jouera solo, où l'exemplarité et le pragmatisme l'emporteront sur les manœuvres politiciennes.

 

Aussi, nous appelons aujourd'hui de nos vœux les conseillers généraux du Haut-Rhin, sans distinction de bord politique, à voter la même délibération pour faire avancer le Conseil d'Alsace. Dès aujourd'hui, l'Alsace a rendez-vous avec l'Histoire, nous comptons sur la responsabilité de nos élus !

 

Florian BRUNNER, Président des Jeunes Démocrates d'Alsace (MODEM)

Elsa DEBROWOLSKA, Trésorière des Jeunes Démocrates d'Alsace (MODEM)

Julien ERNST, Secrétaire de la section PS de Colmar

Médéric FURON, Président des Jeunes Centristes d'Alsace

Guillaume GERMAIN, Secrétaire Départemental Adjoint de l'UMP

Maël HARTER, Animateur fédéral des Jeunes Socialistes du Haut-Rhin

Loïc JAEGERT, Conseiller Général Suppléant (Bougeons les Lignes Colmar – Alsace)

Antoine LAPLANE, Adhérent EELV

Raphaël SCHELLENBERGER, Responsable Départemental des Jeunes de l'UMP

 

http://www.lalsace.fr/actualite/2012/02/17/des-jeunes-alsaciens-de-tous-bords-se-mobilisent-pour-le-projet

 

http://www.dna.fr/politique/2012/02/17/la-creation-du-conseil-d-alsace-est-un-atout-majeur

Commenter cet article

Brucolaque 29/01/2013 16:08


A vous lire encore (je vous remercie aussi en passant de prendre le temps du dialogue), vous attendez des électeurs quasiment un chèque en blanc qu'il est difficile de vous signer en ces temps
d'austérité.


Ne serait-il pas juste que les collectivités démontrent d'abord leur capacité à maîtriser les coûts et à limiter la progression de la fiscalité locale avant de solliciter le vote des citoyens
pour de nouvelles aventures certes passionnantes et un peu hasardeuses puisque tout ou presque reste à inventer.


Ainsi Philippe Richert annonce 30 Mo d'économies rien que sur les dépenses de valorisation du potentiel touristique alsacien en regroupant les structures actuelles. Il devait se garder ce
gisement d'économies sous le coude pour l'occasion car il etait parfaitement possible de faire ce regroupement sans passer par celui des trois collectivités.


Personnellement je suis las de l'audace des hommes politiques qui proposent des projets incomplets, non chiffrés, sans objectifs clairs, et sans engagement de leur part lorsque les choses ne
tournent pas comme ils le souhaitent. La moindre des choses seraient qu'ils tirent quelquefois les conséquences des mauvais choix qu'ils ont fait.


On a des dizaines d'exemples de ce type, du bioscope à la M2A qui sont devenus des poids financiers alors qu'ils étaient censés apporter prospérité, savoir, efficacité et contenir des dépenses.


Hubert Haenel, initiateur et défenseur acharné du Bioscope en son temps, somnole au Conseil Constitutionnel, JM Bockel en fait autant au Sénat et J. Spiegel préside la M2A et  les taxes
communales et intercommunales continuent leur progression inéluctable dans la fiscalité locale. Affligeants exemples.

Florian Brunner 29/01/2013 16:49



Pour la maîtrise des coûts, l'Alsace n'est pas non plus en mauvaise posture...Nous avons encore une bonne situation financière mais il nous faut avoir les coudées franches. Si pour faire plus
d'économies, il faut fusionner les 3 collectivités, alors allons- y !


Il ne s'agit pour l'instant pas d'un chèque en blanc mais de passer une étape. C'est la logique du référendum...Et il vaut mieux qu'il y en ait un. On ne peut pas tout planifier. La planification
à outrance est justement l'une des raisons des problèmes que nous rencontrons car elle freine nos élans et bloque notre créativité. Nous devons savoir aussi être plus fluides et mobiles.


Sur cette question des économies, il n'y a pas que les questions touristiques, il ne s'agit que d'un exemple. Il existe bien d'autres domaines (éducation, culture...) qui pourront aussi être
renforcés par une Région mieux valorisée.


Un projet pareil n'est évidemment pas chiffrable. On ne peut pas tout prévoir avec précision, on ne peut pas calculer chaque pas avant de les faire. Les objectifs sont clairs: faire des économies
et donner plus de poids à notre Région. Et l'engagement de Philippe Richert par exemple sur ce projet est fort.


Le Bioscope a été un mauvais projet mais là il s'agit de la gestion d'élus départementaux. On peut remettre en question les élus sur leur bilan mais lors des élections comme en 2015. Ne faisons
pas de ce référendum, un référendum sanction, nous nous pénaliserons nous-mêmes...Ce projet dépasse de loin les élus en place...De nombreuses personnes de la société civiles qui ne sont pas élues
défendent également ce projet.



Brucolaque 29/01/2013 14:42


Il n'est pas clairement établi que par sa seule aura, le conseil unique d'Alsace aura le pouvoir de relancer l'économie alsacienne, française, européenne et mondiale.


En outre, si les anciennes collectivités (CG67+CG68+CR) fusionnent, l'Alsace parlera d'une seule voix. Le Conseil Régional n'était pas fait pour cela ? 


Sait-on enfin où siègera le conseil exécutif ? 


Pourquoi ne dites vous pas que siègeront toujours des conférences départementales ? Puis des conseils de territoires (de 8 à 12) ? ce qui en fait un début de mille-feuilles dont on ne connaît pas
encore le coût de fonctionnement mais dont on nous dit qu'il sera inférieur (de part les économies d'échelle, les synergies, les mutualisations, mais quelqu'un peut-il nous dire de combien) aux
coûts de fonctionnement des structures actuelles.


Rien sur le mode de désignation des nouveaux élus, dont le nombre exact n'est pas non plus encore connu. Double système, uninominal + proportionnel, d'une simplicité enfantine donc.


Je ne suis pas contre l'idée qu'il faille regrouper les deux départements dans une structure unique. Nous sommes la région la plus petite de France. Mais quand vous aurez un projet abouti nous
pourrons partager votre enthousiasme.

Florian Brunner 29/01/2013 15:35



Il n'est rien de clairement établi. On ne peut jamais dire de quoi l'avenir sera fait. Lorsqu'un choix est effectué, il y a toujours un facteur risque. Si nous sommes prêts à prendre un risque,
alors il faut y aller. L'objectif de cette nouvelle collectivité d'Alsace est d'effectuer des économies notamment par la refonte des services. Nous pourrons améliorer notre organisation et gagner
en efficacité. Comme personne n'est devin, il s'agit de nos convictions.


Le Conseil Régional était la résultante d'une décentralisation française qui n'était pas aboutie. En fusionnant les tois collectivités, nous aurons évidemment plus de poids pour affirmer notre
Région en France et en Europe. Ce sera le signal d'une nouvelle donne qui provoquera des réactions favorables de la part de nos voisins et partenaires.


Je précise que cette tribune a été publiée en février 2012. Depuis là, de nombreuses choses se sont produites. Les Jeunes Démocrates d'Alsace ont récemment voté à l'unanimité une motion (le 24
janvier 2013) qui est sur ce blog.


Pour ce qui est du Siège de la nouvelle Collectivité d'Alsace, on en est resté sur ce qui était dit dans la Résolution du 24 novembre 2012: l'assemblée délibérante à Strasbourg, l'exécutif à
Colmar et le CESER à Mulhouse.


En ce qui concerne la Résolution du 24 novembre 2012 (http://www.region-alsace.eu/actualite/congres-dalsace), nous l'avons consulté et les Jeunes Démocrates d'Alsace sont intervenus à ce sujet lorsque le projet était en train de
se constituer notamment sur les Territoires. Dans notre motion du 24 janvier, nous avons posé le point de départ de notre argumentation. Ce sont les bases de notre campagne. Nous saluons
notamment dans ce texte la prise en compte des Territoires et cela fait référence à l'instauration des Conseils de Territoires de Vie. Et en effet il y aura des Conférences départementales pour
ne pas enterrer du jour au lendemain les départements mais encore en tenir compte.


Mais cette tribune n'avait pas pour objectif de faire un récapitulatif de tout ce qui sera mis en place. D'ailleurs en février 2012, rien n'était vraiment précisé...


D'après la Résolution du 24 novembre 2012, Les conseillers d’Alsace (diminution de 10 à 20% des élus locaux) seront ainsi élus selon les modalités suivantes :
- une partie d'entre eux sera élue dans le cadre de cantons, au scrutin majoritaire ;
- l'autre partie d’entre eux sera élue à la représentation proportionnelle, dans le cadre de
la circonscription électorale régionale, avec deux sections départementales ; le mode de
scrutin garantira le respect du principe de parité entre hommes et femmes, imposant que
chaque liste soit composée alternativement d’un candidat de chaque sexe.


L'objectif n'est pas non plus d'avoir un projet abouti. Il sera travaillé encore après le référendum si le "Oui" l'emporte. Le référendum ne portera que sur l'opportunité de fusionner les 3
collectivités ou pas. Nous plaidons notamment pour qu'après le référendum, si le "Oui" l'emporte, le débat soit plus ouvert et permette la construction d'un vrai projet au service de l'Alsace. Ce
qui est certain c'est qu'en votant "Oui" nous irons plus dans le sens de l'aboutissement de ce projet que si le "Non" l'emporte.