Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog de Florian Brunner

Un blog engagé où tout le monde pourra s’exprimer à sa manière sur Colmar, sa région et plus largement sur l'Europe et l'état du monde.

Père Meyer, raconte-nous une histoire : « Comment j’ai réussi, seul contre tous »

Publié le 10 Février 2014 par Florian Brunner

 

 

Père Meyer raconte son histoire


Et un nouveau portrait de Gilbert Meyer, Maire de Colmar est paru dans l’Alsace. Un portrait où le principal intéressé ne fait ni dans l’humilité, ni dans la dentelle. Il avoue sa fierté d’être en haut de la pyramide, tel un pharaon contemplant ses sujets obéissants. Rien ne lui était promis mais il avait conscience d’un destin, déjà très jeune. Il s’est finalement imposé grâce à son génie, à son intellect qui faisait de lui le premier partout. Il a réussi seul contre tous. Une avalanche de clichés, une vision élitiste d’un autre temps. Et surtout une approche très personnelle d’où sont exclus les Colmariens, sauf quand il les cite comme des admirateurs zélés, voués à son culte.


Les ado lui sautent dessus, il est la star à côté de laquelle tout le monde rêve de poser, il est à 70 ans passés l’idole des jeunes. Gilbert Meyer est devenu le chef et il a enfoui en lui sa sensibilité, il s’est forgé une carapace lui permettant de vaincre tous ses adversaires. On croirait lire le portrait d’un chef de guerre, d’un géant de l’Histoire, en réalité Père Meyer nous raconte comment il a obtenu des fonctions territoriales et comment il est devenu Maire de Colmar (en ne s’attardant pas trop sur sa période de Député). Epique.


Et encore une fois, Gilbert Meyer nous sert sa story basée sur le paysan parti de rien, qui a effectué une ascension fulgurante, démontrant sa grande culture. On est désolé pour Père Meyer mais sur ce créneau, il n’est pas…premier de la classe.


François Bayrou, le surdoué exalté


Un exemple connu de réussite politique et intellectuelle d’un homme issu du monde paysan est celui de François Bayrou. Né dans une famille modeste des Pyrénées-Atlantiques, François Bayrou est un enfant turbulent, emporté par une grande joie de vivre, une énergie qui le pousse à courir dans les montagnes et à s’investir avec passion dans le sport. Un enfant qui dévore les livres, même à table, habité par un fort appétit de vivre. A 23 ans, après des études dans une classe préparatoire littéraire (hypokhâgne et khâgne) et à l'Université Bordeaux III, François Bayrou obtient l'agrégation de lettres classiques (latin, grec, français) en 1974. C’est à cette période que François Bayrou perd son père, il doit alors se lancer dans l’activité familiale et devient professeur agrégé. Homme venant de la terre, homme de lettres, François Bayrou est un jeune homme fougueux qui entreprend de s’engager en politique. Il restera toujours un surdoué hypersensible et dynamique, confiant en ses jugements et croyant en son étoile. Exigeant sur le maniement du verbe français, il est l’auteur de plusieurs best-sellers (« Henri IV, le roi libre », « Abus de pouvoir »…). François Bayrou a toujours quelques poèmes qui habitent sa mémoire et qu’il cite au gré des événements et des occasions. L’apprentissage et la récitation de poèmes lui ont permis de vaincre son bégaiement.

 

N’ayant que faire des camps politiques, certain que seul le lien avec les français compte, François Bayrou s’engage très jeune en politique dans la famille centriste. Ministre de l'Éducation nationale sous trois gouvernements différents de droite, ancien Député des Pyrénées-Atlantiques de 1986 à 2012, ancien Député européen et conseiller du Président du Parlement européen, deux fois Président du Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques, conseiller municipal de Pau, il a été aussi président des partis Centre des démocrates sociaux (CDS), Force démocrate, l'Union pour la démocratie française (UDF) et du Mouvement démocrate (MoDem) qu'il a fondé. Après avoir obtenu 6,84 % des voix à l'élection présidentielle de 2002 (4e du premier tour), il réunit 18,57 % des suffrages au premier tour de l'élection présidentielle de 2007 (3e du premier tour), et fonde peu après un nouveau parti qui se veut au centre de l'échiquier politique : le MoDem, successeur de l'UDF, dont il est le Président. Lors de l'élection présidentielle de 2012, il recueille 9,13 % des suffrages (5e du premier tour) ; il n'est pas réélu Député aux élections législatives qui suivent. Aujourd’hui candidat à la Mairie de Pau à la tête d’une liste rassemblant tous les camps politiques, François Bayrou est le favori des sondages.

 

Jean Lassalle, un homme en marche


Jean Lassalle est né dans une famille paysanne et a été berger, il connait François Bayrou très jeune. À 21 ans, Jean Lassalle est un des plus jeunes maires de France. Cinq ans plus tard, il est élu Conseiller Général du canton d'Accous et entre au Parlement de Navarre comme benjamin. De 1988 à 2002, Jean Lassalle est Député suppléant de Michel Inchauspé, puis devient Député des Pyrénées-Atlantiques.

 

Ses combats comme sa grève de la faim et sa marche à la rencontre des français sont des coups d’éclats reconnus. Jean Lassalle est resté un homme du peuple, insensible aux étapes franchies, aux soi-disant échelons gravis, il a le regard tourné vers l’avenir et ce qui reste à accomplir. Aventurier, en besoin d’action, Jean Lassalle relève toujours un nouveau défi. Il ne voit l’action politique que comme une action tournée vers le peuple, au service du peuple. Jean Lassalle rêve d’une démocratie refondée et se bat pour initier un renouveau citoyen.

 

Florian BRUNNER

Commenter cet article