Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog de Florian Brunner

Un blog engagé où tout le monde pourra s’exprimer à sa manière sur Colmar, sa région et plus largement sur l'Europe et l'état du monde.

Nous devons analyser la situation de la « prostitution » avec objectivité et raison

Publié le 12 Octobre 2014 par Florian Brunner

 

 

 

Notre société est en débat sur de nombreux thèmes qui concernent la famille ou encore ce qu’on appelle la prostitution. Alors que les responsables politiques peinent à s’attaquer aux vraies réformes (économie, chômage, emplois...), nous les voyons se perdre sur des sujets secondaires, avec en outre, assez peu de talent.


Nous n’arrêtons pas de nous remettre sur la table le sujet de la « prostitution ». Une abomination à abolir si nous écoutons de nombreux agitateurs. Les chrétiens souvent moralisateurs sur ce dossier seront pourtant bien obligés de reconnaitre que leur prophète : Jésus n’a pas été chamboulé par l’arrivée de Marie-Madeleine dans son équipe (prostituée dont le rôle est bien moins défini dans les textes, mais plus établi dans la légende). Au lieu de pousser des cris de protestation, de chasse aux prostituées et aux clients, il convient de se poser les bonnes questions.


Le texte de l’Assemblée Nationale était de mauvaise qualité, mal ficelé et contenait des paradoxes juridiques. Le Sénat l’a très bien relevé et l’a rejeté en l’état. Encore une fois (décidément), la réforme proposée n’était pas sérieuse. Il existerait pourtant une piste claire pour changer l’état actuel des choses : la légalisation du métier de travailleuse/travailleur du sexe. Cette légalisation permettrait de nettement mieux encadrer la profession et de l’établir sur de nouvelles règles, plus saines. Au lieu d’être dans le déni des réalités, il faut savoir les regarder en face et établir la meilleure évolution possible. Les idées préconçues empêchent d’aborder les faits avec intelligence. Nous devons analyser la situation de la « prostitution » avec objectivité et raison.


Florian BRUNNER

 

Commenter cet article