Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog de Florian Brunner

Un blog engagé où tout le monde pourra s’exprimer à sa manière sur Colmar, sa région et plus largement sur l'Europe et l'état du monde.

Les primaires à droite et à gauche n’ont plus de sens

Publié le 4 Décembre 2014 par Florian Brunner

 

L’idée des primaires à droite et à gauche n’était pas une mauvaise idée. Mais cette démarche s’essouffle, alors que le débat des primaires à l’UMP anime de nombreux acteurs politiques. En réalité, des primaires ouvertes à droite, tout le monde s’en moque. Du candidat unique de la droite et du centre en 2017, les citoyens s’en désintéressent. Le débat n’est plus là.


Des primaires seraient pertinentes, dans des courants politiques pertinents. Aujourd’hui, l’opposition n’est plus entre le droite et la gauche, l’opposition réelle se situe entre les conservateurs et les réformateurs. D’un côté, nous avons des leaders politiques qui proposent l’arrêt de toute réforme novatrice et un retour à la France des années 50 voire des années 30, il s’agit de l’espace des conservateurs qui pourrait être incarné par des leaders comme Marine Le Pen ou Nicolas Sarkozy. De l’autre côté, nous avons des leaders qui proposent des réformes d’envergure pour changer considérablement le pays, il s’agit de l’espace des réformateurs voire des rénovateurs. Cet espace pourrait être représenté par Alain Juppé, François Bayrou et d’autres acteurs se situant plus vers la gauche. Les démocrates sociaux ont leur place dans ce nouveau regroupement. Il restera l’extrême gauche, la gauche de la gauche qui demeurera marginale. Il n’apparait pas nécessaire de reprendre dans ce contexte, le modèle des partis politiques.


Le paysage politique doit se recomposer. Une fois cette recomposition effectuée, les conservateurs pourront faire leurs primaires tout comme les réformateurs. Les primaires se dérouleraient ainsi dans des espaces politiques redéfinis et cohérents avec l’évolution des idéologies, en ce début de vingt-et-unième siècle.


Florian BRUNNER

Commenter cet article