Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog de Florian Brunner

Un blog engagé où tout le monde pourra s’exprimer à sa manière sur Colmar, sa région et plus largement sur l'Europe et l'état du monde.

Les lacunes du plan Obama contre l'Etat Islamique

Publié le 12 Septembre 2014 par Florian Brunner

 

Face à la menace de l’Etat Islamique, la nécessité d’agir apparait clairement. L’urgence de reprendre l’offensive face à cette barbarie s’impose. Barack Obama en a pris conscience et effectue un retournement complet de sa politique étrangère. Après s’être retiré de partout, rapidement, raflant un Prix Nobel – cadeau au passage, Barack Obama réengage les forces américaines au Moyen-Orient. Les pistes sont intéressantes : une action en Syrie est enfin envisagée, un soutien à l’opposition syrienne modérée va enfin s’opérer (en totale contradiction avec les choix d’Obama d’il y a un an), et une coalition internationale comprenant les pays arabes se forme.


Nous sommes donc dans un numéro d’improvisation et de rattrapage stratégique pas très glorieux. Pour Obama, il s’agit d’un revirement qui est l’aveu de l’inefficacité de sa politique étrangère menée jusqu’alors. En effet, l’émergence de l’Etat Islamique résulte aussi des erreurs stratégiques de l’Occident et notamment des Etats-Unis. Ainsi si les pistes évoquées par les Etats-Unis sont enfin intéressantes et semblent aller dans une direction sensée, il reste des réserves. Les Etats-Unis qui ont échoué dans cette Région du monde sont encore en première ligne. Il s’agit d’une erreur fondamentale. Les Etats-Unis doivent à tout prix être plus en retrait. C’est à l’ONU de prendre la direction d’une opération globale, qui ne doit pas être une troisième guerre d’Irak mais une opération prioritairement humanitaire. Dans ce contexte, il est évidemment nécessaire de soutenir les forces locales qui luttent contre l’Etat Islamique. Mais ce conflit au Moyen-Orient doit rester une guerre du Moyen-Orient. Nous devons éviter de cristalliser une haine antioccidentale dans cette Région du monde, car si nous pouvons battre l’Etat Islamique, nous n’arriverons surement pas, avec la stratégie actuelle, à bout de la barbarie qui en est à l’origine. Nous risquons encore une fois de nous retrouver, au final, face à une barbarie morcelée, encore plus difficile à cibler.


Il convient donc de ne pas céder aux élans précipités, mais de se fixer des objectifs à long terme. Intervenir pour quels résultats et comment ? Si c’est pour en finir avec l’Etat Islamique, nul doute qu’un rouleau compresseur militaire et coalisé soit une solution efficace, si c’est pour en finir avec la barbarie de cette Région du monde qui ne trouve plus de limites, alors cette stratégie apparait comme périlleuse. Accessoirement, il est donc temps qu’Obama donne du sens à son Prix Nobel et se demande comment à terme obtenir la paix dans une zone du monde déchirée par des violences terribles.


Notre action doit être efficace, mais doit également rester une action d’appui à des forces locales qui sont directement concernées par le conflit. Ne faisons pas l’Histoire du Moyen-Orient à la place de ses peuples, mais laissons-les construire leur Histoire tout en contrôlant les menaces qui nous concernent.


Florian BRUNNER 

Commenter cet article