Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog de Florian Brunner

Un blog engagé où tout le monde pourra s’exprimer à sa manière sur Colmar, sa région et plus largement sur l'Europe et l'état du monde.

La liberté d’expression doit s’imposer dans le monde

Publié le 27 Décembre 2014 par Florian Brunner

 

Durant cette période de Noël, nous avons pu voir un spectacle aussi affligeant qu’absurdeEntre l'attaque de la Corée du Nord contre un film américain (l'attaque en question étant sans doute plus drôle que le film), et l'interdiction d'Exodus au Maroc ainsi qu'en Egypte, la volonté de censure s'affirme sur tous les fronts. 

 

Quand la Corée du Nord s'occupe de la promotion de "The Interview"

 

D’abord la Corée du Nord lance une offensive de piratage contre cette pauvre Sony USA, littéralement broyée et pillée. Tous les petits secrets de famille sont tombés sur la place publique, des projets ont fuité, l’avenir de cette maison ne sera pas simple. Toute cette agitation dans le monde merveilleux d’Hollywood, pourquoi ? Une petite comédie sur l’improbable dictateur de la Corée du Nord, intitulée « The Interview ». L’idée était amusante, et franchement on peut comprendre qu’elle soit arrivée, mais tous les éléments n’étaient pas réunis pour en faire un film incontournable, surtout que d’après les critiques, le film en question est loin d’être une grande réussite. Mais l’ego du dirigeant de la Corée du Nord (un certain Kim Jong-un) a amené l'actualité à mettre ce film au premier plan. Des hackers convaincus et déterminés ont donc attaqué une Agence de production américaine, avec une belle efficacité, une efficacité que le film en question osait à peine espérer. Ainsi la Corée du Nord s’est occupée de tout le travail promotionnel d’un film qui désormais fait un succès partout où il est diffusé. Un tel succès appellera sans doute à de nouveaux films sur le sujet et nul doute que les événements récents pourront en inspirer, espérons qu’ils pourront rassembler tous les ingrédients d’une vraie comédie populaire. En attendant, la Corée du Nord manifeste son esprit d’ouverture en traitant Obama de « singe ». Cette attaque raciste est la pitoyable réponse d’un régime, dont nous verrions bien les dirigeants en cage, après un procès devant un Tribunal International.

 

Moïse toujours indésirable en Egypte et interdit de séjour au Maroc

 

Mais l’atteinte à la liberté d’expression ne s’arrête pas là. Elle a aussi lieu en Egypte et au Maroc. En effet, le monde arabe dont nous connaissons la raideur religieuse et sociétale est secoué par le dernier film du talentueux Ridley Scott (Blade Runner, 1492 : Christophe Colomb, Gladiator, Kingdom of Heaven…) : "Exodus : Gods and Kings". Un film ample, intelligent, traversé par un souffle épique qui nous présente l’aventure de Moïse qui mena le peuple hébreu vers la liberté, alors que cette population était asservie par un régime égyptien archaïque et criminel. Cette épopée brillante ne pourra pas être visionnée et analysée par la majorité des citoyens marocains et égyptiens. Cette honteuse censure ne fait que souligner l’intolérance de cette partie du monde. Le message d’Exodus met en évidence la faiblesse des tyrans qui se prennent pour des dieux, face à la force des éléments, face à la puissance de l’univers. Une leçon qui peut encore s’appliquer à nombre de despotes dans le monde. Au lieu de se prendre pour des dieux qui peuvent imposer leur injustice à des citoyens désemparés, les dirigeants du monde arabe et les dirigeants de la Corée du Nord feraient bien de remettre les pieds sur terre. Les hommes aspirent à la liberté, c’est un besoin fort que le temps n’a jamais découragé, au contraire. Les sociétés trop encadrées et contrôlées étouffent les humains.


Le monde a besoin de connaître un grand souffle libérateur, où la création pourra s’épanouir, afin de permettre aux citoyens de tous pays et toutes sociétés d’acquérir la liberté de vivre pleinement, dans un espace tolérant et juste, respectueux de leurs droits, de leurs potentiels et de leurs vies.

 

Florian BRUNNER

 

Commenter cet article