Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog de Florian Brunner

Un blog engagé où tout le monde pourra s’exprimer à sa manière sur Colmar, sa région et plus largement sur l'Europe et l'état du monde.

Europe: Il faut sauver l’emploi des jeunes

Publié le 6 Août 2014 par Florian Brunner

 

La crise économique poursuit ses ravages, notamment parmi les jeunes. Nous devons d’urgence agir pour relancer l’emploi des jeunes en Europe. Des réformes doivent être conduites dans le système éducatif français mais aussi à l’échelle européenne. Nous devons instaurer un ensemble mettant en adéquation les formations et les emplois, de manière à favoriser l’emploi des jeunes mais aussi pour fournir des recrues à des secteurs en manque de ressources humaines, comme le domaine des Sciences.


Il faut un plan Marshall de l'emploi des jeunes en Europe


Dans les pays où l’on a développé l’apprentissage et où l’on fait confiance aux jeunes, en leur confiant certaines responsabilités dès 18 ans, voire avant, leur chômage est bien plus bas que dans les pays « latins » connus pour leur gérontocratie. Juste à côté de l’Alsace, à Fribourg ou Bâle, le chômage des jeunes est trois fois moins élevé…En France, les jeunes chômeurs sont souvent dans une situation particulièrement précaire, en étant mal intégrés à la fois au marché du travail (où on leur demande d’être jeunes et malléables tout en ayant 10 ans d’expérience), et aux mécanismes d’aide sociale (RSA presque impossible à obtenir avant 25 ans, etc.). Inspirons-nous de nos voisins et faisons enfin confiance aux jeunes, dans tous les domaines ! Il faut établir des passerelles pour permettre aux jeunes de se former et de se réinsérer dans le monde professionnel.


Il faut un vrai plan Marshall de l'emploi des jeunes en Europe avec des moyens importants mais surtout une vision pour le futur : quels emplois veut-on en Europe, lesquels sommes-nous prêts à laisser à d'autres ? On peut se demander si les emplois tels que proposés sont encore pertinents. De nombreux acteurs politiques déclarent qu’il faut créer des emplois, mais faut-il recréer de l’emploi de la même manière ? Les emplois créés doivent aussi correspondre aux attentes de ceux qui seront employés tout simplement pour rendre le monde du travail attractif et épanouissant. Enfin, pour l’embauche d’un jeune, il est impératif que les employeurs ne se restreignent plus au niveau scolaire ou à l’expérience professionnelle. L’expérience, c’est aussi la pratique gagnée dans des activités bénévoles. Le jeune doit pouvoir valoriser son parcours associatif, artistique, politique etc. Un marché européen de l’Emploi permettrait également de maximiser les chances de trouver le bon candidat pour l’entreprise en manque de ressources, ou le poste le plus adapté pour le chercheur d’emploi.


Une éducation européenne doit être fondée


En Europe, il faut également accroître les échanges d’étudiants et les projets accordés aux jeunes. Une cohésion pourra aussi s’accomplir dans le domaine de l’éducation. L’éducation européenne ainsi fondée devra permettre aux personnalités de se forger et d’évoluer, susciter l’épanouissement des êtres et non exacerber l’esprit de compétition qui a déjà fait tant de mal. La mobilité ne doit pas être imposée mais doit rester un choix. Tous les étudiants n’ont pas forcément envie de partir à l’étranger, dans d’autres pays pour pouvoir travailler et vivre. Il reste un attachement à la terre natale. Ainsi nous devons permettre aux étudiants qui le souhaitent de pouvoir se construire une expérience internationale en mettant en place les cursus nécessaires. Sur la base du livre franco-allemand d’histoire pourrait être créé un livre d’histoire-géographie européen, sans nier la diversité des programmes mais en apportant une vision d’ensemble.


Des passerelles doivent être établies entre le monde du travail et le système éducatif à un niveau européen. Des programmes existent mais doivent être renforcés. Faisons participer les citoyens et notamment les jeunes européens à ce chantier crucial. À quand un cours de "civilisation européenne", introduit comme matière d'enseignement obligatoire avec des programmes communs et un enseignant spécialisé originaire d'un autre pays européen ? À quand des échanges obligatoires de plus d’un mois dans des pays partenaires, pas forcément dans le cadre scolaire, mais pouvant très bien prendre la forme d’un service civil européen et permettant d'acquérir, à tout âge, une expérience multiculturelle de terrain ?


Démocratiser les Sciences et rendre leur enseignement attractif


L'Europe est confrontée à un grave désintérêt des jeunes pour la science, l'ingénierie et la technologie (SIT), de même que pour la poursuite de carrières dans ces disciplines. À défaut d'un capital humain suffisant en quantité et qualité dans les domaines liés aux SIT, l'économie de la connaissance sera compromise en Europe. Des programmes de formation et des environnements d'apprentissage créatif développés autour de projets spatiaux de pointe intéressent les étudiants et les incitent à poursuivre des carrières dans les SIT, au même titre que la promotion de la compréhension de la science parmi le public.


Les jeunes en Europe ne se tournent plus vers des études et des carrières scientifiques. Les Sciences ne sont plus assez abordées dans nos sociétés. Il faut que les jeunes soient plus sensibilisés aux Sciences en général. Le domaine des Sciences est vital pour notre avenir. Les filières universitaires doivent être moins sélectives et plus tournées vers l’opérationnel. Il convient de réconcilier les citoyens avec les Sciences. Nous avons besoin d’esprits créatifs sachant imaginer de nouveaux procédés. Démocratiser les Sciences et rendre leur enseignement attractif sont des priorités importantes pour l’Union européenne.


Ainsi il faut sauver l’emploi des jeunes. Nous avons de nombreux défis à relever et nous devons nous y mettre immédiatement. L’Europe a besoin de ses forces vives pour pouvoir dynamiser son développement. Entreprenons les réformes urgentes et offrons un avenir aux jeunes ainsi qu’à nos sociétés.

 

Florian BRUNNER

 

Commenter cet article