Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog de Florian Brunner

Un blog engagé où tout le monde pourra s’exprimer à sa manière sur Colmar, sa région et plus largement sur l'Europe et l'état du monde.

Démission de Bertrand Burger : la majorité de Meyer discréditée

Publié le 30 Avril 2015 par Florian Brunner

Démission de Bertrand Burger : la majorité de Meyer discréditée

Les citoyens colmariens ont eu la désagréable occasion de découvrir, l’attitude pitoyable de la majorité face à la démission de Bertrand Burger, au dernier Conseil Municipal de Colmar. Un numéro d’agités indigne, malveillant et barbare. Cette séance du Conseil Municipal de Colmar a été l’expression de la barbarie Meyer. Ce déluge malsain, cet exercice de haine rabaisse notre système politique et l’emmène à des bas-fonds rarement atteints. Si Bertrand Burger voulait démontrer la violence du système Meyer, il y est parvenu sans difficultés. L’équipe majoritaire s’est lancée dans la démonstration sans se faire prier, en mettant en œuvre un mécanisme sauvage et malsain. Cette opération étant encore rendue plus illégitime et ridicule, par le fait que les élues qui ont lancé la charge sont habituellement très discrètes aux séances où elles se rendent. Aller à toutes les réunions juste pour faire acte de présence et ne rien dire, voilà un bel exemple d’inutilité. Avant de faire la leçon aux autres, il convient de regarder si déjà soi-même, on est exemplaire. Mais nous savons que ce n’est pas le premier souci de la Maison Meyer, au sein de laquelle les harpies du dernier Conseil Municipal ont revendiqué avoir été formées. C’est ça « l’école Meyer » : la loi du silence sauf pour encenser le Maître ou attaquer violemment ses adversaires.

 

On constate au final que tous ces élus « impliqués » exercent leurs petites responsabilités locales, surtout pour exprimer leur méchanceté et leur malveillance gratuites. Face à toute cette haine lâchée en un bloc, nous ne pouvons que ressentir un malaise. Malaise face à ces élus médiocres, majoritaires, se perdant dans une démonstration d’excitation barbare. Malaise face à cette volonté de « tuer » un homme, de porter atteinte à son image. Malaise face à ces emportements calculés mais finalement peu maîtrisés faisant d’une instance démocratique une tribune pour une animosité déplacée. La majorité de Gilbert Meyer s’est discréditée ce soir-là. Bertrand Burger a eu raison : son départ du Conseil Municipal ne pourra que lui faire du bien. Lorsque l’âme d’une instance démocratique est à ce point avariée et sombre, il n’est pas sain d’y rester. Surtout qu’au final, personne n’est mort et Bertrand Burger pourra poursuivre ses brillantes actions entrepreneuriales que bien des membres de la majorité seraient incapables de mener.

 

Cessons les joutes oratoires futiles et malsaines, entrons dans le concret de l’action. Qu’ils sont nombreux les torpilleurs de projets, les destructeurs de potentiels, voilà une des causes du mal colmarien et plus largement du mal français. Les porteurs d’innovation doivent se regrouper pour faire face à ce mal et soutenir la construction d’une alternative crédible et novatrice.  

 

Florian BRUNNER

Commenter cet article