Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog de Florian Brunner

Un blog engagé où tout le monde pourra s’exprimer à sa manière sur Colmar, sa région et plus largement sur l'Europe et l'état du monde.

Bertrand Burger: "j’espère que la majorité des Colmariens comprendra bientôt qu’il est possible de bien gérer une ville tout en respectant toutes les femmes et tous les hommes qui la composent"

Publié le 29 Avril 2015 par Florian Brunner

Bertrand Burger: "j’espère que la majorité des Colmariens comprendra bientôt qu’il est possible de bien gérer une ville tout en respectant toutes les femmes et tous les hommes qui la composent"
Bertrand Burger: "j’espère que la majorité des Colmariens comprendra bientôt qu’il est possible de bien gérer une ville tout en respectant toutes les femmes et tous les hommes qui la composent"

Monsieur le Maire, chers collègues,

 

Je vous remercie de m’accorder du temps de parole pour vous confirmer mon départ du Conseil Municipal, qui devra être validé par Monsieur le Préfet dès réception de mon courrier.

 

Ma décision de démissionner est consécutive à l’extrême pression que vous avez exercé, Monsieur le Maire, auprès du conseil d’administration du Crédit Mutuel, pour tenter en vain d’éviter ma nomination à sa présidence en proférant des menaces du type : « Si Burger est Président, ce sera la guerre contre le Crédit Mutuel ! »
 

Vous avez juste oublié que le Crédit Mutuel Bartholdi appartient à près de 20 000 sociétaires Colmariens, soit plus de personnes que le nombre d’électeurs qui ont voté pour vous lors des dernières élections municipales.
Il n’était donc pas question, pour moi et pour le conseil d’administration, de risquer le moindre préjudice à cet honorable établissement que je suis amené à présider bénévolement, au mieux de mes capacités, pour le bien des employés, et de tous les sociétaires qui en font partie.

 

Évidemment, je condamne cette ingérence due uniquement au fait que je ne partage pas à 100% vos méthodes. Je sais très bien que je n’arriverai plus à vous convaincre, mais j’espère que la majorité des Colmariens comprendra bientôt qu’il est possible de bien gérer une ville tout en respectant toutes les femmes et tous les hommes qui la composent.

 

Pour ces mêmes raisons, l’opposition au sein du Conseil Municipal est perpétuellement déconsidérée, peu écoutée, voire carrément muselée. Or je considère que ma place est dans l’action, pas dans une opposition rendue stérile par la majorité toute relative en place.

 

Il est vrai que je suis issu du milieu de l’entreprise où l’on réussit en défendant sans concessions des valeurs comme la confiance, la transparence ou la rigueur, dans un souci permanent de coopération et de co-construction. En politique, le passage de ces valeurs au second plan n’est pas une fatalité. Il nous appartient à tous d’agir et ainsi d’éviter la montée des extrémismes, de l’abstentionnisme et du renoncement en général, à l’égard de la chose publique.

 

J’espère que les électeurs qui nous ont fait confiance comprendront que ma décision n’est en aucun cas une renonciation. D’ailleurs, ils doivent savoir que notre candidature et leurs votes aux Municipales ont commencé à faire bouger Colmar. En effet, nous pouvons constater quelques actions, inspirées de notre programme, amorcées par le nouveau directeur général et les services, qui agissent avec efficacité et professionnalisme pour moderniser notre cité. Et ce n’est pas parce que je fais partie de l’opposition que je ne peux pas vous féliciter de l’avoir recruté.

 

Je vais donc terminer mon propos sur une note d’optimisme en vous informant que le groupe Colmar veut bouger sera dorénavant représenté par Christian Meistermann qui œuvre depuis plusieurs années pour les Colmariens, et notamment ceux qui ne sont pas les mieux lotis. Brigitte Klinkert lui a cédé sa place pour mieux se consacrer aux nombreuses nouvelles responsabilités qui lui ont été confiées au sein du Conseil Départemental.

 

Je souhaite donc que mon départ permette une meilleure considération de notre groupe, par ailleurs complété par la venue de Claudine Anglaret-Brickert.

 

Notre équipe, et les Colmariens doivent savoir que je reste à leurs côtés pour continuer à faire bouger Colmar et que je suis toujours aussi attaché à notre belle ville.

 

Merci de votre attention.

 

Bertrand BURGER

Commenter cet article

Rodenstein Bernard 01/05/2015 18:51

Au vu des réactions infâmes et limite débiles qui ont suivi dans les rangs majoritaires , bien orchestrées par le chef fait pour "cheffer", je m'interroge : vaudrait-il mieux passer sous silence ces réquisitoires indignes d'une assemblée de responsables élus ou, au contraire, les publier pour permettre au plus grand nombre de se faire une opinion plus précise de la bassesse qui habite le meneur du clan et ses affidés?
La véritable action à mener, à mon sens, serait de constituer "un tribunal civique" chargé d'évaluer les comportements et les propos de nos élus. La sanction suprême serait la destitution et l'interdiction définitive d'exercer un mandat électif. Avec une gamme de mesures intermédiaires allant de la suppression des indemnités au blâme public. Peut être se produirait-il un sursaut chez les élus qui pensent disposer d'un pouvoir tout puissant entre deux élections et qui comptent sur l'absence de mémoire des électrices et électeurs pour leur "bourrer le mou" à l'approche de nouvelles actions, puisque la politique, à leurs yeux de myopes, n'est plus qu'un exercice de communication. plus tu es fort pour mentir et pour travestir ton mensonge, plus tu as de chance d'être élu et réélu. Nous pouvons y remédier. 15 personnes sont nécessaires pour constituer le tribunal! et au travail! Bernard Rodenstein