Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog de Florian Brunner

Un blog engagé où tout le monde pourra s’exprimer à sa manière sur Colmar, sa région et plus largement sur l'Europe et l'état du monde.

Bernard FRIEDRICH (Colmar) : « le 7 janvier 2015 nous rappelle que la guerre continue »

Publié le 13 Janvier 2015 par Florian Brunner

Bernard FRIEDRICH (Colmar) : « le 7 janvier 2015 nous rappelle que la guerre continue »

Le Colmarien Bernard FRIEDRICH revient sur la marche républicaine de ce dimanche 11 janvier 2015 et appelle à un ressaisissement citoyen. Notre société et notre manière de fonctionner doivent connaître de profondes mutations. 

 

Le 7 janvier 2015, des obscurantistes s'en prennent de manière brutale et sanglante à ce qui nous est le plus cher : notre liberté d'opinion et d’expression. Les français se réveillent, choqués et inquiets. L'union sacrée renaît : on allume des bougies, on dépose des fleurs à la mémoire des victimes. Le peuple prend conscience qu'au delà de Charlie Hebdo (que nombreux d'entre eux rejetaient jusqu'alors pour ses audaces iconoclastes), ce sont les fondements de notre République qui sont menacés: "Liberté, égalité, fraternité", valeurs auxquelles certains ont cru utile de rajouter "solidarité". 

 

Ces derniers jours ont été consacrés à l’émotion, l’horreur, la révolte et à l'évènementiel. Médias et responsables de tous bords s'en sont donnés à cœur joie. Le monde libre s'associe à notre douleur, à notre indignation, à nos démonstrations d'union. Le monde est concerné : Charlie et ce qu'il incarne ne sont plus français, Charlie c'est le monde libre dont les fondements démocratiques sont ébranlés. On irait presque jusqu'à associer notre drame à celui des 2000 nouvelles victimes du sanguinaire Boko Haram ! Mais c'est si loin de chez nous...alors faudrait pas pousser !

 

Il faudra en venir à l’essentiel, pas uniquement pour déceler d'éventuelles failles dans nos services de renseignement ou constater d'éventuels dysfonctionnements dans la coopération internationale, mais plus humblement pour procéder à un examen de conscience : Comment a-t-on pu en arriver là ? Que faire pour éviter que de tels faits ne se reproduisent ?

 

Voir une partie de notre corps enseignant totalement déboussolée et muette devant les questions des élèves doit nous inquiéter quant à la qualité de notre école et des maîtres qui, en relation avec les parents, devraient dispenser aux générations futures les connaissances élémentaires indispensables, mais aussi une culture civique et morale suffisante pour servir de repères dans la vie. Rendre au corps enseignant le prestige et l'autorité qui, hier encore, étaient sa force est une condition incontournable du redressement dans ce domaine. Aux parents de donner l’exemple, qui trop souvent se défaussent de leurs responsabilités sur ces "maîtres".

 

Voir dans les programmes électoraux, les questions de Défense ou de sécurité rejetées en post-scriptum (lorsqu'elles ne sont pas tout simplement passées sous silence) est tout aussi inquiétant. Les conséquences de ce désintérêt se retrouvent dans les budgets en constante diminution. Un peu plus de reconnaissance envers nos soldats : ils meurent aussi pour la liberté ! La liberté n'est pas gratuite !

 

Les pratiques de certains élus et les petits arrangements entre copains (lorsqu'il ne s'agit pas d'arrangements avec la loi), confondant parfois démagogie et démocratie, plus préoccupés par leur maintien au pouvoir que par leur mandat (la mission) pour lequel ils ont été élus, participent également au déclin de nos valeurs aux yeux des citoyens. Le "tous pourris" est évidemment exagéré, pourtant ce qui importe c'est la manière dont les élus sont perçus. A nos élus de prouver que nous avons tort !

 

Mais ne serait-ce pas NOUS - les citoyens - qui portons la responsabilité la plus lourde ? Au final c'est bien nous qui, en démocratie, avons le devoir et le pouvoir de désigner ceux qui vont gouverner. Alors pourquoi se plaindre si on ne va pas voter, si on n'exige pas des candidats autre chose que des réductions d’impôts ou plus d’aides, si nous basons notre choix sur des futilités sans juger l'essentiel ? Nous savons pourtant que pour gagner certains sont prêts à tout et à son contraire.

 

Bien sûr il faut tout tenter pour éliminer un amalgame "islam/terroriste", mais que d'obstacles et de préjugés à vaincre ! Le combat sera dur, exigeant de part et d'autre: explications, rencontres, compromis et tolérance. Nous admettrons que nous n'avons pas toujours donné le bon exemple : inquisition, guerres de religion, Saint Barthélémy et cie font aussi partie de notre histoire. D'autres admettront que la tentation peut exister.

 

Les réunions républicaines, marches blanches ou pas, grands discours sont, malgré leur importance et leur sens profond, insuffisants pour abattre "la bête ". Ils auront réveillé nos consciences et interpellé l'ensemble du monde libre. Le 11 septembre 2001 a surpris et choqué l'Amérique, le 7 janvier 2015 nous rappelle que la guerre continue, et que ses modes d'action sont plus imprévisibles et dangereux que jamais. L'ennemi est identifié dit-on. Mais où est-il ?

 

Bernard FRIEDRICH

Commenter cet article